Session avec Helen Woodrow

Les 23, 24 et 25 mai 2017, Helene Woodrow, orthophoniste Talk Tools de Londres, était à Paris pour faire une session avec 9 enfants de l’association.

PROCHAINE SESSION DU 7 AU 10 NOVEMBRE 2018 ( Complète)

Hélène reviendra en mars/avril 2019. 12 places. Merci de nous contacter par mail si vous êtes intéressés.

Comment se passe une séance Talk Tools ?

Chaque enfant est évalué individuellement pendant près de 2h, sur tout ce qu’on appelle l’oralité. En effet, déglutir, mastiquer, boire au verre, à la paille, souffler, répéter des syllabes, etc, sont des compétences que nos enfants doivent travailler au quotidien pour progresser. Helen a fait preuve d’une grande patience et nos enfants ont apprécié les exercices proposés.

Les familles repartent en général ravies avec des devoirs à faire à la maison (chaque enfant reçoit un programme d’exercices personnalisés et une vidéo de la séance). Cette méthode a un coût non négligeable. L’association prend en charge voyage, hébergement, location de la salle et selon obtention ou pas de subvention une partie de du prix de la séance qui est de 525£.

La méthode Talk Tools quesaco ? Serait-elle utile pour mon enfant ?

TalkTools est une thérapie du positionnement oro-facial

TalkTools a été fondé par Sara Rosenfeld- Johnson, une orthophoniste américaine, dans le but de venir en aide aux personnes qui rencontrent des difficultés à parler, à positionner leur sphère oro-faciale et à s’alimenter. Cette méthode utilise une approche basée sur la stimulation sensorielle et tactile.

TalkTools peut être bénéfique pour beaucoup d’enfants atteints de handicaps différents :   Trisomie 21, infirmité motrice cérébrale, troubles du spectre autistique et  dyspraxie. TalkTools fonctionne bien pour les sujets dont les troubles de la parole et de l’alimentation proviennent d’un dysfonctionnement des fondements sensoriels ou moteurs, ainsi que du positionnement oro-facial.

TalkTools fait appel à une approche hiérarchisée et comprend des techniques visuelles, auditives, sensorielles et tactiles pour faciliter l’apprentissage et la production des mouvements qui améliorent les capacités à se nourrir et à parler.

Les parents et les soignants peuvent apprendre les bases de TalkTools et les utiliser avec leurs enfants. Les thérapeutes peuvent aborder une formation TalkTools vers des niveaux très différents. Les techniques TalkTools ne sont généralement pas utilisées de manière isolée, mais font partie d’une approche globale de la thérapie de la communication et de l’alimentation.

Comme dans tout programme thérapeutique, il est important de comprendre ce que vous faites et pourquoi vous le faites, afin de tirer le meilleur profit de ce programme.

ATTENTION, cette méthode est très utile pour les dysphagies mais il faut prendre des précautions :

Les problèmes de déglutition (dysphagie) sont un facteur fréquent chez les utilisateurs de la méthode TalkTools. Si vous craignez que votre enfant ou patient rencontre des difficultés à avaler de la nourriture ou des boissons, nous vous recommandons fortement de faire faire une évaluation par un spécialiste. Un thérapeute de la parole et du langage (TPL) formé à la dysphagie évalue les risques liés à la déglutition et vous conseille sur les stratégies appropriées à la gestion de ce risque.

Tous les thérapeutes TalkTools ne sont pas formés à la dysphagie. Mais Hélène Woodrow que l’assocaton fait venir une à deux fois par est niveau trois et donc bien formée à la dysphagie.

 

Si l’on vous a fait savoir que votre enfant ou patient ne peut pas avaler certains liquides ou textures d’aliments en toute sécurité, ceux-ci ne doivent pas faire partie du programme TalkTools. Exemples :
Vous pouvez également vous référer à la brochure de Eg (Training) Ltd « TalkTools OPT – renseignements sur la Formation TalkTools » pour en savoir davantage sur les différents niveaux de formation
Un enfant qui ne peut pas avaler les liquides très fluides en toute sécurité ne doit pas avoir recours aux activités utilisant le
« nounours à miel », la paille ou la tasse avec des liquides très fluides.
Un sujet qui ne peut pas avaler des morceaux d’aliments durs en toute sécurité ne doit pas avoir recours à des activités de mastication avec des aliments qui produiront des petits morceaux en bouche, comme des biscuits.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *